Qui sont les amateurs des cafés Charles Danican ? Nos clients témoignent ...#2

Témoignage

BONJOUR à tous !

Nous continuons notre série de témoignages pour vous présenter deux de nos clients qui ont la particularité et le point de commun de vivre dans 2 endroits qui font rêver : la Corse et Hong-Kong !


Mme Mona C., Corse

 

 

«J'ai connu la Brûlerie du Havre de Grâce à l'époque où elle commercialisait ses cafés sous la marque "Les cafés du vieux terroir", il y a de cela 55 ans !»

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

J'ai 85 ans et vis entre Ajaccio et un petit village corse.

Quand et dans quelles conditions avez-vous découvert les Cafés Charles Danican ?

J'ai connu la Brûlerie du Havre de Grâce à l'époque où elle commercialisait ses cafés sous la marque "Les cafés du vieux terroir". C'est une amie qui nous avait invité à diner un soir et servi ce café, il y a de cela 55 ans !

Ayant trouvé le café excellent, j'ai moi aussi passé commande et acheté le livre de l'amateur de café écrit par Michel Vanier, un des fondateurs de la Brûlerie.

Ce livre est d'ailleurs toujours dans ma bibliothèque, je l'ai recouvert de papier aluminium pour le protéger, comme tous les livres auxquels je tiens beaucoup.

Ensuite, j'ai souscrit pour recevoir un colis mensuel...

Pourquoi êtes-vous toujours client depuis ce temps ?

Depuis tout ce temps, je reconnais la voix des personnes qui me répondent au téléphone. Carla du service client est devenue une amie, je pourrai dire, nous discutons de tout, nous avons tissé une relation. 

Quel est votre café préféré ?

J'aime le Blue Mountain et le Jardin de Nelghéry.  

Comment le préparez-vous et quand le buvez-vous ?

Je prépare mon café ave une cafetière électrique au goutte à goutte avec broyeur intégré. J'utilise toujours de l'eau minérale ou de montagne. Je bois 2 grands bols de café le matin avec un peu de lait écrémé mais je mange très peu pour garder le goût du café !

Avez-vous une anecdote amusante autour du café que vous souhaiteriez partager avec nous ?

Mes amis se sont donnés le mot, il n'est pas rare qu'ils disent "On va chez Mona prendre le café parce que le sien est particulier !" Je dirai que les cafés Charles Danican ce sont les cafés des privilégiés !

 

 

«Je cherchais un vrai torréfacteur proposant plusieurs cafés de haute qualité.»

Paul L., entre Bordeaux et Hong-Kong 

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je suis ingénieur en agronomie et inspecteur qualité pour certaines enseignes de grande distribution. Je vis entre Bordeaux et Hong-Kong et voyage à travers le monde pour mon travail.

Quand et dans quelles conditions avez-vous découvert les Cafés Charles Danican ?

J’ai eu l’occasion de découvrir les Cafés Charles Danican par internet car amateur de café (et de bons produits en général), je cherchais un vrai torréfacteur proposant plusieurs cafés de haute qualité. Etant havrais d’origine, je sais que Le Havre est le port français historique pour le café et cette brulerie m’a tout de suite séduit avec sa belle histoire.

Pourquoi êtes-vous toujours client depuis ce temps ?

Je reste client pour tout d’abord la qualité des cafés et les prix cohérents. La gentillesse et la disponibilité du service client sont aussi des points importants pour moi. Une commande rapide simple et qui arrive chez moi (en France!) en 2 jours.

Quel est votre café préféré ?

Mes cafés préférés sont sans doute le Salvador camino floral que vous avez proposé à Noël ainsi que le Java Kopi Raja. Ils ont des arômes que j’affectionne particulièrement. Autrement dans les cafés disponibles toute l’année, j’apprécie beaucoup le Sumatra harimau.  

Comment le préparez-vous et quand le buvez-vous ?

Je le prépare avec une cafetière italienne mais je compte changer pour une cafetière filtre classique type Chemex ou Hario.

Je bois mon café chaque matin au réveil, puis le midi après le déjeuner.

Avez-vous une anecdote amusante autour du café que vous souhaiteriez partager avec nous ?

Apres avoir fait mes courses à la Brûlerie du Havre, je suis rentré en avion à Hong-Kong avec environ 15kg de cafés. Les douaniers m’ont interpellé et après avoir expliqué qu’il s’agissait de ma consommation personnelle pour plusieurs mois en à Hong-Kong, ils ont compris que je ne faisais pas de trafic frauduleux mais que j’aimais mon café de tous les jours. Lorsqu’on y est habitué il est difficile de changer de café!


Article précédent Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés


Ils ont confiance en nous